Dire « non » sans se sentir coupable

Qu’est ce qui nous pousse à dire « Oui » alors que nous voulons dire « Non » ?
Nous sommes convaincues qu’il nous faut accepter la moindre demande.
Nous avons peur de ce qu’on pensera de nous si nous ne conformons pas aux attentes d’autrui.

Véronique, en pleurs, m’a raconté : « Je savais qu’une situation insoutenable nous attendait si j’embauchais mon mari. Je n’en peux plus de l’avoir dans ma boite ! Pourquoi ai-je consenti ? »

Véronique était programmée pour se sentir coupable lorsqu’elle refusait quelque chose à quelqu’un. Elle n’est pas la seule. On a appris aux femmes à faire Fi de leurs sentiments si ceux-ci ne s’accordaient pas avec les volontés d’autrui.

Voilà pourquoi il faut beaucoup de courage pour se tenir droite et établir nos limites ; mais, à moins d’y parvenir, nous connaîtrons des regrets comme Véronique qui se transformeront en ressentiment.

Si nous croyons qu’il est de notre droit de dire NON et que nous sommes pleinement consciente de ce droit, même si nous craignons de décevoir, personne ne nous en voudra.

Lorsque l’on attend des gens qu’ils acceptent nos refus et qu’ils honorent nos limites, en général ils agissent de la sorte. Notre conviction teinte leurs pensées et ils acceptent.

Nous devons prêter une attention respectueuse à notre voix intérieure et l’écouter lorsqu’elle dit « non » ; Chacune est l’experte la plus qualifiée à son propre sujet. Il nous revient de remplacer le mode conditionnel par des verbes d’action : je peux, je désire, je choisis, je fais….

J’ai le droit de dire « non »
Sans me sentir coupable
J’ai le courage de dire « non »
Sans me sentir coupable
J’ai la sagesse de dire « non »
Et je prête attention à ce qui,
Selon moi, me convient le mieux.

Extrait de « Sagesse de femme », Sue Patton Thoele

Note complémentaire de SIXNERGY : « Ceci est à méditer pour tous les êtres humains, aussi bien homme que femme.«